LES REEDUCATEURS DE L’EDUCATION NATIONALE

Stacks Image 3101423

La rééducation, définie dans la circulaire 2014-107 du 18 août 2014, s’inscrit dans le service public et laïc de l’Éducation nationale de la République française, signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant. Les rééducateurs sont des fonctionnaires d’état. Leur mission s’exerce dans le cadre du référentiel des compétences (annexe n°2004-026 du 10 février 2004) caractéristiques d’un enseignant spécialisé du premier degré.

Les rééducateurs sont des enseignants spécialisés exerçant principalement dans les RASED, au sein des écoles maternelles et élémentaires, mais aussi dans les CMPP et les établissements spécialisés. Ils sont chargés des actions d’aide à dominante rééducative et des actions de prévention concernant tous les élèves.

La rééducation propose une approche globale, relationnelle et psycho-affective des difficultés scolaires, où la singularité de chaque enfant est reconnue et respectée. Cette aide spécialisée, essentielle dans l’école, contribue à mobiliser le développement de la pensée nécessaire à l’investissement scolaire et aux apprentissages. C’est pourquoi l’aide rééducative est indispensable dans la prévention de l’échec scolaire, de l’absentéisme et de la violence, car elle participe à la construction des processus de symbolisation, évitant ainsi les passages à l’acte.

C’est parce qu’il existe, entre le pédagogique et le soin, un espace pour un travail individuel ou en petit groupe avec des enfants en difficulté scolaire que les rééducateurs interviennent dans l’Éducation nationale.

La rééducation offre un temps, un espace et une relation à un élève, pour comprendre et dépasser les difficultés qu’il rencontre à l’école. Elle propose des voies alternatives d’aide, dans un cadre spécifique, où l’enfant pourra découvrir ou redécouvrir des processus de création, d’échange, de communication et d’expression.

Les objectifs scolaires ne sont pas perdus de vue par le rééducateur, même s’il ne travaille pas directement sur les apprentissages.
La prévention de la difficulté scolaire, qui est de la responsabilité de l’école, est l’affaire de tous les acteurs du système éducatif et concerne tous les élèves, dès leur entrée à l’école maternelle.

Le rôle spécifique du rééducateur, sa connaissance de l’enfant à partir de la relation rééducative l’amènent à aborder et proposer certaines formes de prévention.

Ce travail de prévention est aussi précoce que possible et le terrain privilégié en est, bien sûr, la maternelle, dès la petite section. Les interventions du rééducateur peuvent concerner diverses problématiques du développement de l’enfant à travers la scolarité : la séparation, la maîtrise de la langue, la « maîtrise » des émotions, les difficultés relationnelles, la violence...

Cette conception de la prévention s’écarte du modèle classique du « dépistage » et vise à redonner à l’enfant son statut de sujet. L’enfant doit être entendu dans sa globalité et dans l’unité de son développement corporel, cognitif, affectif, social.

En défendant pour tout enfant le droit à la difficulté, les rééducateurs contribuent à éviter l’expérience négative de l’échec à l’école et ses conséquences majeures : la marginalisation et l’exclusion.